Presse

à propos de mon rond-point dans ta gueule

Mon-rond-point-dans-ta-gueule

bretons – decembre 2021 (entretien) :

«La dessinatrice et scénariste Sandrine Kerion donne longuement la parole à neuf Gilets jaunes costarmoricains. Sous son crayon, un malaise toujours palpable trois ans après, et une esquisse d’histoire des classes populaires en Bretagne.»

Lire l’article

dbd – novembre 2021 :

«Sandrine Kerion donne la parole à plusieurs Gilets jaunes bretons aux profils variés, sans jugement, avec franchise et sincérité (…) Une galerie de portraits de femmes et d’hommes touchants et vrais, très humains.»

RFI – le débat du jour (invitée) :

Ecouter l’émission

Hit west (entretien) :

Lire l’article

France 3 bretagne – enquêtes de région  (invitée) :

Voir l’émission

Lire l’article

France 3 bretagne (entretien) :

«Sur les pages de la bande dessinée, le jaune claque sur des pages teintées de gris. Un choc visuel, comme en 2018, quand les gilets fluo descendaient les Champs Elysées.»

Lire la suite

Ouest-france (entretien) :

Lire l’article

france bleu armorique – l’invité de 8h20 – 25/10/2021 (entretien) :

Ecouter l’émission

tebeo – télé bretagne ouest (entretien) :

Voir l’émission

RCF – bulles en stock :

«Des pages passionnantes. Du beau travail, sérieux, honnête, sans jugement. Il y a beaucoup d’empathie dans son ouvrage, beaucoup de lucidité (…) Ces témoignages sont bouleversants. Tous, ils imposent le respect.»

Ecouter l’émission

La montagne (entretien) :

«Les dessiner, c’était leur donner vie mais aussi analyser le monde dans lequel on vit.»

benzine mag :

«Ces portraits de Dany, Alexandre, Barbara et les autres, Français de milieux sociaux et d’origines diverses (…) en disent finalement bien plus – et le disent bien mieux – que les images qui ont tourné en boucle sur les écrans (…) Grâce à un trait très « ligne claire », et dans une bichromie symbolique, Sandrine Kerion dessine leurs visages, leurs corps, avec fidélité et respect, et elle capture ainsi leur fierté, leur… beauté.»

Lire l’article

RCF – 3 questions à… (entretien) :

Ecouter l’émission

radio escapades – écritures dessinées  :

«C’est un livre important, car ce n’est pas une oeuvre de journaliste, ni une enquête sociologique, ni un essai politique (…) C’est un livre qui se happe, qui se dévore, tellement on a envie de suivre ces parcours. L’écriture, la retranscription des entretiens, la mise en images réaliste, et le choix des cadrages, des scènes, traduisent très bien la mobilisation et en quoi le mouvement des Gilets Jaunes est important.»

Ecouter l’émission

planète bd :

«Qu’on soit ou non solidaire du mouvement GJ importe peu, car ce qui est réussi dans son récit, c’est qu’il remet neuf personnes au centre de la narration.»

Lire la suite

publik’art :

«Mon rond-point dans ta gueule permet de faire le point, à froid, calmement, sur un mouvement qui pourrait avoir des répercussions politiques

Lire la suite

just focus :

«Sandrine Kerion fait de Mon Rond-Point dans ta Gueule un vibrant témoignage de l’intérieur des Gilets Jaunes. La lecture des différentes interviews plonge dans le passé du mouvement mais nous fait aussi réfléchir sur le futur : ce que chacun peut faire pour améliorer une situation qui n’a pas changé depuis 2018.»

Lire la suite

la bande du 9 :

«Sandrine Kerion assume de ne pas faire oeuvre d’historienne ni de sociologue, mais son ouvrage donne à voir une vérité beaucoup plus complexe que celle entraperçue par le prisme des ronds-points bloqués, des dégradations ou des Black Blocs (…) Quelles que soient les opinions des lecteurs.rice.s, cette bande dessinée fait oeuvre utile en retraçant le fil des semaines qui ont fait trembler le pouvoir, ragaillardi les sympathisants, et surpris les autres.»

Lire la suite

samba bd :

«Le choix de donner la parole à ceux et celles qui ont occupé les ronds-points et/ou manifesté dans les rues, permet d’humaniser le mouvement, de mettre des visages et des existences en avant (…) Le récit du quotidien de Dany, Alexandre, Benjamin, Barbara, Michel, Gilles, Bris, Mathieu et Céline m’a permis d’y voir un peu plus clair sur les Gilets Jaunes et leurs expressions diverses d’une seule et même colère contenue jusqu’alors…»

Lire la suite

canal b – plumes et pinceaux :

«On découvre que c’est une protestation existentielle, d’une France un peu oubliée, celle des petites villes et de la ruralité (…) Tu vois la beauté du mouvement, qui a recréé du lien et redonné un sentiment de fierté à cette France qui se sentait oubliée, mais aussi ses faiblesses. Cet ouvrage nous amène à une réflexion sur l’organisation du pouvoir en France.»

Ecouter l’émission

sanctuary :

«Un livre qui permet de (re)découvrir le mouvement des gilets jaunes : les motivations et les désirs de personnes humaines. Sandrine Kerion a su s’effacer devant ses interlocuteurs en réalisant ici un travail journalistique réussi. Une BD reportage à lire !»

Lire la suite

à propos de J’ai vu les Soucoupes

195306603_3737068553064609_3361559580918443889_n

Caractères (canal+), saison 2, épisode 1 : croire (entretien) :

«Une plongée bleutée dans la folie ovni des années 90. L’autrice explique comment elle est tombée sous le charme des théories du complot et nous donne des pistes pour s’en sortir.»

Voir l’émission

Dbd – septembre 2021 :

«Les ovnis et le complotisme continuent de faire bon ménage, mais autant on a pu longtemps en rire, autant la lecture de cet album peut faire froid dans le dos.»

Ouest-France (entretien) :

«Un témoignage édifiant sur les mécanismes qui font passer du doute légitime à la croyance aveugle. Bien documenté, l’ouvrage au style agréable donne aussi la température d’une époque – les années 1990 – où gourous et charlatans se répandaient dans les médias.»

Lire la suite

Huffington Post :

«Cette plongée intime, remarquable par son honnêteté pour raconter la construction d’une pensée insensée, est très didactique.»

Lire la suite

Babelio (sélection de la semaine) :

«C’est de cette véritable expérience dont l’autrice témoigne dans cette BD qui propose de nombreuses pistes pour tenter de prendre du recul dans un monde contemporain où l’on est rapidement embrigadés dans des causes qui nous dépassent.»

Lire la suite

Les Trésors de Picsou :

«Sandrine Kerion raconte sa jeunesse passée à croire dur comme fer aux aliens et autres thèses farfelues. Surtout, la BD explique comment elle a, peu à peu, remis les pieds sur Terre !»

La montagne (entretien) :

«Parler d’ufologie avec humour et sérieux est un sacré défi. Il faut marier la liberté du dessin et la rigueur du reportage.»

comment ça marche :

«Sandrine Kerion démonte avec lucidité les mécanismes qui l’ont conduite au bord de la folie, évoquant au passage les dérives complotistes actuelles sur certains réseaux sociaux.»

ar(rê)t culture (tv lux) :

«Cette oeuvre en bleu et noir met en parallèle l’évolution de l’étude des ovnis et la propre expérience de Sandrine, qui a mis 25 ans avant d’oser en parler. Aujourd’hui, si elle la raconte, c’est pour, dit-elle, peut-être éviter à d’autres de s’égarer comme elle l’a fait.»

Voir l’émission

Publikart :

«Le récit se lit comme un article de science-fiction sociologique, avec un graphisme très stylé dans une belle harmonie. De quoi passer un excellent moment de lecture savante et psychologique.»

Lire la suite

Le Mag du Ciné :

«J’ai vu les soucoupes est un album passionnant, documenté, joliment illustré et on ne peut plus proche de son objet (car autobiographique). Il éclaire à merveille, par extrapolation, les dérives sectaires, idéologiques ou encore religieuses.»

Lire la suite

actua BD :

«Avec son dessin très « design » en bichromie bleutée, ce témoignage s’avère bien plus intéressant pour sa partie autobiographique que l’évocation des soucoupes volantes.»

Lire la suite

Planète BD :

«Il a fallu du courage à Sandrine Kerion pour nous livrer, avec cette BD, son témoignage qui relève de l’intimité. Sans pour autant la discréditer, elle retrace remarquablement bien l’histoire de l’Ufologie, des années 50 à nos jours et critique avec beaucoup de finesse la « branche pourrie » qui gangrène les discours sur la vie extra-terrestre. On soulignera les vertus pédagogiques de ce livre, véritable manifeste contre l’endoctrinement, dont les dessins épurés permettent de concentrer toute son attention sur son propos, juste et touchant.»

Lire la suite

Sceneario :

«Sandrine Kerion livre un reportage dessiné ambitieux, passionnant, et intime, avec un graphisme qui rend cet exercice encore plus réussi et agréable à dévorer pour le lecteur !»

Lire la suite

Ecritures dessinées (entretien sur Radio Escapades) :

Ecouter l’émission

l’avis des bulles :

«Un témoignage louable et passionnant.»

chat sceptique :

«Une histoire touchante.»

Regarder la vidéo

Sci-Fi Universe :

«J’ai vu les soucoupes est à la fois un traité sur l’histoire de l’ufologie et le témoignage poignant d’une adolescente des années 90 tombé dans ce milieu. La bande-dessinée drôle et émouvante est très bien documentée et s’ouvre sur le complotisme actuel et les méfaits des fake news. Intelligent et intéressant.»

Lire la suite

Just Focus :

«J’ai vu les soucoupes est à la fois un récit journalistique réussi et une biographie décalée. Par ses dessins originaux et son texte, Sandrine Kerion compose un récit à bonne distance entre les souvenirs touchants sur l’adolescence et le recul ironique de l’adulte.»

Lire la suite

La Loutre Masquée :

«Une BD drôle et intelligente, servie par un graphisme élégant et épuré, qui nous fait passer un bon moment tout en nous apprenant plein de choses !»

Lire la suite

Samba BD :

«Une BD intelligente, introspective, de qualité qui prône l’esprit critique à bon escient. Une sorte d’Ovni dans le monde de la BD.»

Lire la suite

l’avis des bulles :

«Un témoignage louable et passionnant.»

lecture jeune :

«Une excellente BD pédagogique, intemporelle, à mettre entre toutes les mains

Lire la suite

Sanctuary :

«Un album qui mérite sa place dans de nombreuses médiathèques dans les rayons adolescents parce qu’ils sont encore nombreux à se laisser tenter par les théories fantastiques bien plus drôles que les officielles.»

Lire la suite

La Case en Plus :

«Un récit touchant, très beau et très intéressant.»

Lire la suite